Chafouin

Facile 73%

Films
Alice au Pays des Merveilles
Le Chafouin est le chat à rayures roses et mauves et aux yeux jaunes que rencontre Alice lors de son séjour au Pays des Merveilles. Totalement cinglé, il est l'un des personnages les plus excentriques du film dans lequel il apparaît à plusieurs reprises, dans des moments cruciaux où Alice est perdue et ne sait où aller. Il semble, tout au long du film, prendre un malin plaisir à jouer de vilains, voire méchants, tours à la fillette.

Doté de la capacité de disparaître et de réapparaître à volonté, entièrement ou certains de ses membres indépendamment des autres, le Chafouin fait irruption pour la première fois – ou plutôt son seul sourire dans un premier temps – en chantant une chanson sans queue ni tête, alors qu'Alice cherche la trace du Lapin Blanc qu’elle a perdu depuis un certain temps, à l’orée de la Forêt de Tulgey. Commence alors un dialogue totalement saugrenu au cours duquel il mène Alice en bateau sans jamais lui donner de véritables réponses aux questions qu’elle s’entête cependant à lui poser et en lui indiquant une direction à suivre puis une autre totalement opposée quelques instants après.

Tout au long de cet échange, le chat n’a de cesse de faire des pitreries et des acrobaties. Après un certain temps de discussion ne menant nulle part, le Chafouin finit par conseiller à Alice d'aller rendre visite au Chapelier Toqué et au Lièvre de Mars, deux personnages au moins aussi fous que lui !

Le Chafouin réapparaît plus tard, lorsqu'Alice, qui a perdu son chemin dans la forêt de Tulgey, a fondu en larmes. Il lui indique alors, en actionnant la branche d’un grand arbre tel un levier, un raccourci qui mène directement au Royaume de la Reine de Cœur, la seule capable selon lui de permettre à la fillette de rentrer chez elle, ce qu’elle désire désormais plus que toute autre chose. La petite fille curieuse décide d’emprunter le passage ouvert par le Chafouin alors que celui-ci a de nouveau disparu tel qui était apparu, c’est-à-dire sans crier gare.

Lors de la partie de croquet organisée par la Reine et qui la voit s’opposer à Alice, il se montre de nouveau, mais seule la petite fille blonde remarque sa présence. Très vite, la Reine de Cœur s’impatiente de ne pas apercevoir le chat dont son adversaire au croquet essaye de démontrer la présence, en vain car le Chafouin ne cesse de disparaître à chaque fois que la souveraine pourrait le voir. Les facéties du chat ne s’arrêtent pas là : il fait en effet en sorte que le bec du flamant vert que la reine utilise comme maillet se prenne dans sa robe, ce qui a pour conséquence, lorsque son tour de jouer arrive de nouveau, de provoquer sa chute la tête la première. Pire, celle-ci se retrouve en jupons devant une bonne partie de sa garde et de ses sujets ce qui provoque chez la déjà très colérique Reine de Cœur dans un accès de rage terrible la poussant à réclamer la tête d’Alice, souffre-douleur idéal. Seule l’intervention tout en douceur du Roi de Cœur qui suggère qu’Alice a le droit à un procès avant toute sentence permettra à la fillette de gagner du temps…

La dernière apparition du Chafouin intervient justement lors de ce fameux procès. Comme lors de la partie de croquet, le Chafouin s’amuse à apparaître et disparaître à chaque fois que quelqu’un d’autre qu’Alice, notamment la Reine alors présidente du tribunal, pourrait le voir. Il provoque un nouvel incident car, en entendant Alice déclarer que le chat est dans la salle d’audience, le Loir qui a une peur panique des félins se met à courir dans tous les sens. Le Chapelier Toqué et le Lièvre de Mars se lancent à sa poursuite pour essayer de lui mettre de la confiture sur le museau, la seule façon de calmer le Loir… Malheureusement pour la Reine de Cœur, c’est elle qui finit par recevoir la confiture au visage et même un coup de marteau accidentel de la part de son mari. Comme à son habitude lorsqu’elle est en colère, elle crie qu’elle veut couper la tête du coupable. Encore une fois, c’est Alice qui endosse le rôle de la coupable idéale, les sujets de la Reine de Cœur lui transmettant habilement et le marteau et la confiture !

Pour tenter de s’en sortir indemne, Alice croque dans le champignon qu’elle gardait sur elle et qui la fait immédiatement grandir démesurément. En position de force, elle entreprend alors de dire à la Reine ce qu’elle pense véritablement d’elle, c’est-à-dire qu’elle est « vielle, pompeuse, tyrannique, méchante, grossière et laide », des adjectifs extrêmement péjoratifs que le Chafouin s’empresse de répéter à haute voix une fois qu’Alice a retrouvé sa taille normale… Pour la Reine de Cœur c’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase et la pousse à poursuivre Alice, suivie par sa garde, avec pour seul but d’enfin lui couper la tête.
Alice in Wonderland
Réalisateur
Margaret Davis , Virginia Davis
Date de Sortie:
21/12/1951